> Accueil

* ALBANIE - Par monts et par eaux

de ce ferry quotidien qui est le seul lien avec l’extérieur.

Il y  a quelques jours encore, nous étions en compagnie de John. John, paysan de la vallée de Nikç dont les chevaux portaient nos sacs pour la traversée des Alpes albanaises. Au soir de notre 2éme journée de marche nous ferons étape chez lui, dans le gîte qu’il a installé dans sa maison. Nous passerons la soirée en compagnie de sa femme et de ses 2 filles. La famille se mettra en « quatre » pour nous assurer une hospitalité sans faille. Les 2 filles sont en vacances et poursuivent leurs études à la ville voisine, à environ une heure de route, si tout va bien !
Elles ne reviendront pas vivre à Nikç, ce bout du monde perdu de tout !
La soirée sera festive. Dans la maison voisine, on fête l’arrivée pour les vacances de l’un des fils qui vit à New-York. Ici, en Albanie, chaque famille compte plusieurs membres  qui vivent  à l’étranger. On estime d’ailleurs la diaspora albanaise à l’étranger plus nombreuse que les albanais vivant en Albanie !
Au programme de la soirée donc, danse, chants et musique traditionnelle…le tout arrosé raisonnablement de raki et vodka. 

Le lendemain, une longue étape nous attend. Nous rejoignons la vallée de Thet en flirtant de nombreuses fois avec les frontières du Monténégro. Les Alpes albanaises sont des montagnes encore très vivantes et habitées. L’été, ce sont des familles entières qui s’installent dans les alpages d’altitude avec les troupeaux. On fait donc de nombreuses et belles rencontres au long de nos étapes.  Tout au long de nos errances, nous éprouvons  vraiment le sentiment de marcher dans des montagnes qui ont une vie propre, une âme…Dans les vallons d’altitude, l’on découvre des cabanes, les enfants courent dans la montagne…et toujours l’accueil est chaleureux, une tasse de café et un verre de raki, ici les 2 sont inséparables et le voyageur se doit de s’arrêter dans ces cabanes.

Les massifs calcaires offrent de superbes parois où l’on imagine de beaux itinéraires d’escalade, nous découvrons des lapiazs qui font souffrir les sabots des chevaux et autour de nous le paysage est minéral, ponctué de temps en temps d’alpages. Les vallées, profondes et encaissées, abritent de jolis villages.
Peu à peu, nous retrouvons de la vie et de tourisme. Les vallées de Thet puis de Valbona sont prisées par les touristes, essentiellement des albanais vivant à l’étranger et en vacances. Ce sont par ailleurs des parcs nationaux.

A Valbona,  nous découvrons la vallée estivale après notre séjour du mois de février il y a quelques années.  La vallée a changé, de nombreux gîtes se sont installés, d’autres se sont agrandis et modernisés…
 Valbona et Thet sont vraiment les 2 sites majeurs du tourisme en montagne en Albanie. 2 vallées authentiques où il fait bon flâner et marcher.
Nous sommes reçus dans la famille de Bledi – notre guide – famille chez qui nous avions déjà été reçu lors de notre séjour hivernal. Le papa, ………………..est une « figure » dans la vallée,  un personnage impressionnant et d’une grande gentillesse. Avant notre départ, il nous offrira une bouteille de raki, tout comme il y a 4 ans où nous avions échangé nos alccols locaux respectifs – mirabelle albanaise contre mirabelle de Lorraine de ma grand-mère !
Pour continuer ce périple albanais, nous prenons la direction du sud, de la mer où nous allons enchaîner avec un raid en kayak de mer de quelques jours. Une belle façon « active » de vivre la mer et de découvrir la côte.
3 jours de kayak avec des escales dans de petites stations balnéaires. 3 jours à pagayer à la découverte de grottes côtières, de criques sauvages, parmi les îlots de la presqu’île de Ksami ….à quelques encablures de l’île grecque de Corfoue. Tout au long de cette côte, nous découvrons d’innombrables bunkers et casemates, vestiges de l’époque communiste ainsi qu’une base de sous-marins avec son long tunnel taillé dans les falaises.

Et puis pour couronner cette navigation, une arrivée impressionnante dans les chenaux sur le site antique de Butrint, site classé patrimoine mondial par l’unesco. Dans tous les cas, le kayak, un moyen de locomotion original pour découvrir la côte !

Il ne nous restera, pour compléter cette virée albanaise qu’à remonter par l’intérieur des terres en direction de Tirana, la capitale du pays. 2  jours pour découvrir de belles petites villes anciennes, agréables  à vivre avec une mention toute particulière pour la ville de Korça où nous arrivons en plein pendant la fête de la fête de la bière….Une ambiance bonne-enfant et familiale et nous passerons la soirée attablée avec une famille albanaise, un jeune couple et ses 2 enfants,  à boire quelques bières, manger des saucisses et à discuter. Lui est chrétien orthodoxe, elle musulmane….rien ne permet de le voir et nous l’apprenons en trinquant autour de bonnes bières de Korça !
Tous les deux n’aspirent qu’à une seule chose, vivre en Albanie et y  élever leurs enfants.
A 23h. la musique s’arrête, les familles  rentrent à la maison et les jeunes et autres fêtards rejoignent le stade où les festivités dureront une bonne partie de la nuit.
L’Albanie, un pays hors des sentiers battus et surtout un  peuple accueillant et chaleureux bien  loin des clichés et de la représentation que l’on s’en fait en France !
Un pays à découvrir….
J.F.Grandidier / mars 2018