> Accueil

ARGENTINE - Comment skier sur les volcans?

 

En attendant l'arrivée de Marie, Loïc et Denver sont à la frontière entre l'Argentine et le Chili afin de skier sur les dernières neiges, avec leurs amis Yohan, Manu et Julien...

A Junin de los Andes, le réveil sonne, il est 4h30 du matin, les sacs sont presque finis… On quitte notre chalet pour aller à la gare des bus, non loin de là…
1h15 plus tard, le minibus entame une route de terre (pendant 45 min), le Volcan Lanín se dévoile. Une montagne de neige se dresse 2000m au dessus du reste du relief...
 
 
Nous entamons la marche d’approche pour atteindre le refuge qui se situe à 2315m soit un dénivelé de 1200m sur de nombreux kilomètres, avec de gros sacs de 35 kg (car la première partie se passe dans la forêt).
Heureusement que Loïc a son Pulka... il avance à toute vitesse (confortable dans son Mountain Pants M) tandis que Denver court après les lapins. La suite s'avère plus difficile car la pente devient un peu plus raide et du coup, c’est le traineau qui tire Loïc… Les peaux de phoque ne sont pas assez fortes au niveau de l’accroche par rapport aux paramètres : pente/neige/poids.
 
 
Nous arrivons au refuge et nous découvrons une ombre étrange derrière la montagne... Une pente parfaite ! Probablement l'ombre du Lanin... mais nous avons un gros doute !
 
 
Le soir, il faut boire… et pour boire il faut faire fondre la neige…
Le job nous prend 4h30 par soir environ pour 13L d’eau et 3L d’eau bouillante (pour la soupe et le thé !). Une mission pour laquelle nous nous relayons !
 
 
Le lendemain, l'ascension est longue mais le paysage est magnifique.
Les 200 derniers mètres se font en crampons.
 
 
Nous dominons toutes les montagnes aux alentours. Au loin, le volcan Villarica est encore en activité.
 
 
Nous attaquons la descente... avec le splendide paysage éclairé par le coucher de soleil.... et l'ombre du volcan, parfaitement pyramidale : époustouflant.
 
 
Nous skions le Lanín à la frontale, la descente se fait sur une neige malheureusement transformée (et un peu glacée pour la partie haute…) mais c’est toujours un plaisir de glisser avec cette merveilleuse invention que sont les skis !
La descente fut chaotique mais tellement drôle… la glace, la "slotch", la collante.... toutes les neiges sont présentes. Et avec les gros sac et le pulka en sandwich entre Loïc et Yohan (les pisteurs sont de retour !)... c'est assez drôle !
On finit la descente pour rejoindre la maison du garde, au lieu dit TROMEN et planter nos tentes derrière chez lui, dans une zone de camping abandonnée l’hiver. Le garde nous ouvre les sanitaires, un peu d’eau chaude pour prendre une douche…
 
Petit feu de camp, le repos des guerriers, dirons-nous.