> Accueil

ASIE - Bermuda TROY : 11 mois de vadrouille

 

Nous voilà de retour dans cette douce France qui nous vit grandir, mûrir puis partir découvrir le grand monde.

Le grand monde, ou du moins une petite partie de celui-ci car nous avons baguenaudé en Asie du Sud-Est, en Inde et au Népal. C’est dire s’il nous reste encore des tonnes d’endroits à aller découvrir.

Mais ces onze mois, 10 pays et plusieurs dizaines de milliers de kilomètres parcourus, en train, moto, bus, avion, tuk-tuk, bateau, éléphant et autres moyens de transports plus folkloriques, furent à leur insu le terrain d’essai du bermuda TROY.

Et nous pouvons dire qu’il a été testé !

Il a affronté la poussière des pistes sableuses, les bains d’eaux boueuses, les orages diluviens, la chaleur étouffante, le sel des mers paradisiaques, les embruns, les calins des chiens errants, les piqûres de moustiques (oui, ils piquent parfois à travers les habits ces galopins)…

Il a usé ses fonds de culotte sur les selles de nos motos, sur les bancs en bois des bus Philippins, les sièges iodés des bateaux, siégé sur la terre, les roches coupantes…

Il a vécu des agressions physiques comme cette poignée de sas étanche de bateau qui lui a arraché les coutures d’une de ses poches, subit sans broncher une projection d’huile de vidange, subit en bronchant une attaque acide (une goutte d’huile de piment qui lui a occasionné un petit trou) et une attaque de peinture bleue.

Il a porté sans faillir nos clés, couteaux, et autres objets tranchants sans se départir de son calme et en ne perdant rien grâce à ses 5 poches solides, dont 4 avec fermetures éclair.

Il a traversé des jungles, affronté des épineux, est resté accroché à des échardes (voir les bancs en bois des bus), a sauté sous des chutes d’eau, a croisé des rhinocéros, dévalé sur les fesses des chemins montagneux et affronté sans broncher une bonne soixantaine de lavages, des projections de terre, de boue et d’autres produits dont la composition chimique n’a pas été analysée.

Au final, il a certes pris un coup de vieux, perdu de son éclat et de sa couleur, mais a tenu le coup vaille que vaille.

Au quotidien, ce fut un partenaire très agréable et pas contrariant, se pliant sans moufter à toutes les aventures.

Elégant et sobre, il passe partout. Permet de croiser le Roi du Cambodge sans honte, et n’est pas une cible trop voyante pour les tigres du Bengale.

Léger, ce qui est bien dans les pays tropicaux où la chaleur est parfois accablante, il permet de respirer et ne charge pas inutilement les bagages.

Solide, il ne s’est jamais déchiré et pourtant il a vécu beaucoup de choses que d’autres n’auraient pas supporté. Une amélioration éventuelle pourrait cependant être faite concernant les poches à soufflet (je ne suis pas sûr de l’appellation) sur les cuisses, qui étant extérieures sont une prise facile pour les poignées, branches et autres malfaisants griffus, qui essayent régulièrement de nuire à son intégrité.

Sa matière est agréable à porter (même à même la peau), et permet de rester en position assise pendant longtemps, grâce à l’absence de coutures sur les fesses.

De plus en cas de lavage express ou de bain imprévu, il sèche à la vitesse du vent (record à battre : 15 minutes)

Seuls regrets :

  • La couleur qui n’a pas tenu très longtemps et qui empêche désormais toute utilisation dans les réceptions de la marquise.
  • Sa matière qui vit très mal la proximité des sources de chaleur et les produits acides (voir le piment)
  • L’attache de fermeture éclair de la poche arrière qui peut être inconfortable en cas de position trop détendue.
 

Autrement, un produit qui répond bien aux attentes de bourlingueurs aimant sortir des sentiers battus. A recommander donc !

Nous tenions à vous remercier tous, vous qui nous avez lu, vous qui avez pris le temps de regarder nos films, vous qui travaillez chez Schöffel, et vous qui êtes simplement passés par là.

Aurel et Claire LAFERRERE

Nos produits testés: 

Homme : Bermuda TROY