> Accueil

BOLIVIE - Entre terre et lune

Parc National Eduardo Abaroa...
Riche en couleurs et en formations géologiques, le Parc Eduardo est un microcosme sans nul pareil dans le monde.
 
Avec le volcan Licancabur (5916 m) comme gardien des portes du Parc, on se prend très vite de vertige en entrant dans le sud Lipez. Pourtant l’entrée depuis le Chili se fait par un Plateau flottant à plus de 4500 mètres d’altitude.
La végétation quasi absente et le froid perçant malgré les efforts du soleil dans ce ciel bleu, nous rappelle que nous sommes ici … ailleurs ! Riche en couleurs et en formations géologiques, le Parc Eduardo est un microcosme sans nul pareil dans le monde.
 
 
Les lagunas qui parsèment les plaines portent les noms colorés de leur reflet. Ainsi la Laguna Blanca tient son titre de sa couleur blanche due à une forte concentration de borax. La Laguna Verde, d´un vert émeraude, doit son reflet à l’arsenic qui se mélange à ses eaux glacières. Quant à la Laguna Colorada, véritable Mecque de la nidification des flamants roses, elle doit sa couleur sanguine aux planctons et autres bactéries qui prolifèrent et font le festin de cette volière andine.

Le sud Lipez est au cœur de l’activité volcanique et sismique de la cordillère des Andes. Un couloir de magma traverse encore l’écorce terrestre.
De cette veine de lave souterraine, résulte en surface une “formation épidermique” de geysers suffocants de souffre et de sources d’eaux chaudes et formant des piscines naturelles dans le secteur de Palques et Salada. L’Altiplano est le domaine des lamas et des vigognes qui passent librement dans cette immense steppe.

En s’enfonçant au cœur du parc Eduardo, il est facile d’admirer les vestiges des “batailles volcaniques” qui se sont tenues en ces lieux, il y a seulement 3 millions d’années. En plein désert de Dali, notre imagination peut se laisser aller à voir en chaque roche de lave pétrifiée des formes, des visages, des animaux, mais ce ne sera que le fruit de votre imagination qui vagabonde sur les courbes de ce sanctuaire de magma.
L’Arbre de Pierre dans le désert de Siloli en est le fer de lance mais sa stabilité est chaque jour un peu plus menacée par l’érosion du vent et du sable.

 
 
Aux portes de la sortie, vous attend un nouveau monde, tenu par un doyen tout aussi mythique : le salar d Uyuni. 3650 m d’altitude et plus de 10500 km² de blancheur immaculée nous rappellent qu’avant la formation des Andes, le Pacifique venait dérouler ses vagues jusqu’en Bolivie. La cordillère se dressant aurait alors enfermée une partie de l’océan dans ses terres.
 
 
Ne pensez pas trouver à cette altitude une quelconque ressemblance avec nos chaînes alpestre ou himalayenne car ici, seuls les volcans trônent sur le parc entre terre et lune.

Amateurs de dépaysement et de voyage céleste, votre chemin est tracé : Sud Lipez, Bolivie.