> Accueil

CANADA - Test de la chemise AMALI UV

300 jours de tournage et de voyage autour de notre planète, me voilà au Québec, chez les « Français Canadiens ». Trois semaines pour me réhabituer doucement pour le chemin vers la France. C’est donc dans l’est de ce grand pays que j’ai décidé de faire le test de vêtement de la chemise Amali UV.

Une chemise est toujours très pratique à emmener pour les backpackers, c’est le vêtement qui peut remplacer un tee-shirt, une petite veste, qui peut se transformer en différents styles en la retroussant, la boutonnant, la nouant, ou en la laissant ouverte. Toujours légère, le rôle de la chemise est aussi de protéger d’un petit vent frais, des rayons de soleil trop forts, ou des bébêtes qui viennent nous sucer le sang. En gros, toujours avoir au moins une chemise dans son sac de baroudeur est indispensable. J’ai eu la chance de profiter de celle de Schöffel.

Celle-ci m’ayant déjà bien servi en Amazonie pour sa protection contre le soleil et les moustiques. La chemise a une bonne aération, elle était donc parfaite pour jouer à Indiana Jones dans la Pampa. En Asie, Amali UV était moins adaptée car malgré son tissu léger, elle tenait trop chaud pour le climat tropical.

Au Québec, la chemise (souvent à carreaux), c’est le vêtement nécessaire pour sillonner les sentiers en pleine forêt, découvrir la faune et la flore canadienne si riche en cette fin d’été.

C’est donc vêtue de ma chemise Schöffel beige que je suis allée au parc Oméga et faire du Tir aux Pigeons, deux activités vraiment « du coin », que je ne ferai pas vraiment ailleurs. Dans le célèbre parc Oméga, les caribous, bisons, ours noirs, biches, marmottes et renards font les curieux et approchent de la voiture voir s’il n’y aurait pas quelque chose à se mettre sous la dent. Le parc est très beau, les animaux sont en liberté et les couleurs de l’automne colorient les arbres en jaune, rouge, orange, rose, c’est superbe !

Après une bonne bouffée d’air frais en pleine nature, nous nous rendons à une heure au nord de Montréal pour aller faire du tir aux pigeons. Pas d’inquiétude, les pigeons ne sont en fait que des palets en argile lancés dans l’air. Notre but est de tirer dessus pour casser le palet. Pas facile facile pour un petit gabarit comme moi de porter un gros fusil.

La chemise aux couleurs naturelles « passe partout » est aussi très bien faite pour tous ses petits détails bien pensés. J’aime porter des chemises avec les manches retroussées, une petite pression est prévue à cet effet. La boutonnière est à pression, donc pas de souci de boutons à recoudre. Le tissu est léger, doux et aéré. Petit bémol, le tissu, comme toutes les chemises, se froisse très facilement. Par contre, un élément bien utile - que je retrouve dans tous les vêtements Schöffel - c’est un séchage rapide très apprécié des backpackers qui n’ont, bien sur, pas de sécheuse !

Donc Amali UV, testée aux quatre coins du monde, n’a pas bougé après 300 jours de voyage, je compte bien la porter encore à mon retour en France…

 

Mon vêtement testé :
 

Femme : AMALI UV

 

 

Mots Clés