> Accueil

CONGO - Impossible is nothing !

L'épopée africaine de Virgile Charlot : épisode 7

C’est vrai de vrai que les cons, qui ignorent ce qu’ils font, finissent par faire les choses que ceux qui savent ce qu’elles cachent ne font pas !
 

T’en as marre de bouffer du métro, des gaz d’échappement, de l’info pipo et des supermarchés bondés de mémères armées de cartes de fidélité ? Tu veux couper les ponts avec la civilisation néo-post moderne et ses vrombissements lumineux, ses caddies de mensonges, ses vérités désodorisées, oublier ce que c’est qu’un écran plasma et le carbon free, la 3G et l’Internet - l’électricité même, te nourrir de larves, de thermites, de singe et de porc-épic, sucer de la canne à sucre, du cacao arraché sur l’arbre et t’abreuver des eaux limpides de ruisseaux cachés sous de grands palétuviers ? Bref, tu veux une expérience "roots" de calibre olympique loin du Google espace, raboter un peu ton vernis d’homo-cyber pour laisser hurler le loup qui sommeille en toi ? Ton salut passe par l’exil. Et j’ai ton terrain ! Que dis-je ! Ton refuge… La forêt tropicale congolaise. Un cloître végétal exsangue de toutes les blêmes déjections de la course au vent. Nature. Nature. NATURE encore. Oh que oui…rien que d’y penser, j’en ai le vertige ! Heureusement qu’on peut tomber de haut et sur ses pattes.

 
Mais il te faut un coupecoupe bien affuté, des bananes sucrées pour amadouer les gorilles (et ne jamais leur tourner le dos sinon ils te prennent pour une mauviette et s’occupent de toi comme il se doit en commençant par te manger la cuisse, toute crue…) et un calibre 12, même rouillé ou rongé, quelques cartouches bien sèches car les panthères n’aiment pas les bananes. Pas que le plomb soit meilleur…  En cas de pépin et si tu n’as pas de mousquet huilé à la plume de perroquet, tu peux griller une clope pour faire de la fumée : c’est comme un coup de fusil bien placé et ça fait moins de bruit ! Une bonne vieille Mustang fera l’affaire.
Ah oui, j’allais oublier ! Très important : Les éléphants défèquent sur la piste et sont méchants. Ne force jamais le passage et tout ira bien ! Grumiers idem. Et si tu croises un pygmée qui vient de grignoter une demi-douzaine de comprimés de Valium qu’il a fait descendre avec une grosse gourdasse de vin de palme ou une bouteille de Ricard de Pointe Noire, c’est parfaitement normal… Passe ton chemin ! Peut-être qu’il te dira que ça gratte un peu le chignon en baka, sa langue. Bref, si tu aimes ramper et nager dans la boue, te faire lacérer les jambes et les bras par les chicottes végétales, manger par les insectes, que ta foi de brave invincible domine Burj Dubaï façon Rambo et surtout

Mots Clés