> Accueil

INDONESIE : Sulawesi mon amour !

à bas prix, il s’est mis en tête de changer le monde. A son échelle, bien sûr. Et dans sa région natale. Le Sulawesi central.

Son raisonnement est le suivant :

  • Sa région, grâce à son climat favorable, regorge de matières premières. Bananes, noix de coco, avocats, cacao, café, ananas, riz…. la liste est longue et je vous l’épargne.
  • Et son peuple, comme il dit, produit ces fruits. Les vend à bas prix à l’étranger, puis rachète, cher, les produits transformés (café, jus de fruits, riz) et même eau vendue par des grands groupes Européens, alors qu’à perte de vue des sources d’eau potables inondent sa vallée.  
  • Il a donc décidé, avec ses faibles moyens, de mettre en place une sorte de coopérative solidaire permettant de faire profiter son peuple.
  • Pour cela, il a créé une fabrique de farine de Tapioca. La Kassava, pousse comme du chiendent ici, et au lieu de vendre les racines, d’où est tirée la farine de Tapioca, il a décidé de fabriquer la farine directement puis de la vendre. Plus cher forcément. Ce qui lui permet de payer deux fois plus cher les racines aux paysans avec qui il travaille. Ainsi que ses employés. Pour exemple : un salaire mensuel moyen pour un employé non qualifié en Indonésie est de 800.000 Rupiah (70 €). Ses salariés touchent au moins le triple. Et les paysans avec qui il travaille peuvent gagner jusqu’à mille euros par mois quand leur exploitation produit assez.
  • C’est un début, il compte généraliser cela à d’autres produits, aux jus de fruits, au cacao, au café... et rêve d’installer une station pour l’eau de source.
  • Et a également acheté quatre hectares de forêt, afin d’essayer de préserver la flore locale, victime de la déforestation.

 

Bien sûr, tous ces rêves ne se feront pas tout de suite.

Le premier obstacle est la mentalité locale, où l’on se dit « pourquoi faire plus quand on peut vivre en cueillant, pêchant et en ayant quelques poulets ? ».

Comme le dit Nicko : ce pays incite à la fainéantise

L’autre obstacle bien sûr est le nerf de la guerre, le financement. Financement dérisoire pour une entreprise Européenne, mais Nicko veut garder la pureté de son action et n’accepte que des entreprises ayant une politique de commerce équitable. Car ici, la vraie richesse est celle des gens. Et dans ce petit village perdu au fond du Sulawesi, l’entraide n’est pas un vain mot.

  • Vous avez une fin de mois difficile ? Votre voisin vous nourrira.
  • Vous devez vous absenter quelques jours ? Vos enfants et votre belle-mère seront accueillis.
  • Vous avez besoin d’une famille pendant quelques jours ? Nous l’avons trouvée.

 

Et c’est ainsi que nous avons été choyés, de façon désintéressée, que nous avons vécu quelques jours idylliques, dans un lieu mêlant beauté naturelle et gentillesse sincère. Et nous avons appris à faire du lait de coco, de l’huile de coco, de la farine de Tapioca, et avons savouré toutes les richesses que cette région offre sans compter.

Et, sans hésiter, nous y retournerons !!

En attendant allons faire copain avec la police, mais c'est encore une autre histoire

 

PS : Si vous voulez plus d’informations sur les projets de Nicko, n’hésitez pas à contacter Schöffel en Voyage qui transmettra.


Nos vêtements testés :

Femme : Veste TRAIL JACKET L - T-shirt ILORI - Robe RUSHA
Homme : Veste KEAGAN - T-shirt RAHIM - Chemise FATHI UV - Bermuda TROY