> Accueil

*** IRAN - Du ski chez les Ayatollahs

et les ustensiles de cuisine viennent de Téhéran. Ils n’achèteront que des compléments dans le bourg le plus proche. Mohammad qui nous servira de guide et d’interprète veille à ce que nous soyons le mieux possible et nous le sommes.

 

Dès le lendemain matin nous prenons, à la sortie du village, notre premier contact avec la neige iranienne. Pour nous tous, c’est notre premier voyage en Iran et ça commence bien. Il fait grand beau et la neige est, comme l’on dit dans notre jargon ‘’ moquette’’, c’est-à-dire une neige de printemps qui dégèle en surface dès que le soleil vient caresser les faces. Le premier sommet que nous gravirons, le Borm, se fait en traversée et par une succession de crêtes - ce qui nous permet de découvrir à perte de vue l’immensité de ce massif. Le fait de penser que nous sommes les seuls skieurs nous donne le tournis. Avec ce type de neige et au moment du dégel, toutes les pentes, les combes, les arêtes scintillent. Le bleu profond et pur du ciel donne encore plus d’ampleur à ces moments magiques que nous vivons. Nous sommes prêts et euphoriques pour 1000 m de descente qui nous attendent et nous n’allons pas être déçus. Si, un peu tout de même ! Car ça va trop vite sur cette neige aussi facile d’une pente à l’autre dans une combe magnifique, tracée par le tout puissant - comme diraient les croyants.

Le retour au village est joyeux car Mohammad (avec sa grande générosité) distribue aux enfants des cahiers, crayons, compas : tout ce qui est utile pour aller à l’école. C’est avec discipline, respect et équité que se déroule cette distribution. C’est si rare que quelqu’un vienne leur apporter quelque chose que même les adultes sont là, regardent mais n’interviennent pas.

 

Les jours suivants, nous enchainerons, à partir de vallées différentes, des sommets entre 900 m et 1200 m de dénivelés. Le Pareshah, le Sourengah, le Abpakhashan etc... pas moins de sept sommets sous le soleil iranien. Tous ces sommets nous apporteront leur lot de plaisir intense, de sérénité totale. Il est bien difficile de dire, d’écrire, ce que nous ressentons, ici seuls au monde. Huit skieurs pour des centaines et des centaines de sommets mais où sont les six milliards d’habitants de notre planète ?

Notre voyage continuera sans les skis à Ispahan, ancienne capitale de l'empire Perse sous la dynastie des Safavides entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle. Dans cette ville, l’art est très raffiné. Nous visiterons entre autre la cathédrale arménienne de Vank, le pavillon des Huit Paradis, le Hacht Behecht le palais des 40 colonnes (qui est en fait constitué de 20 colonnes qui se reflètent dans un bassin), l’incontournable mosquée du Shah et le palais Ali Qapu. Ces visites sont véritablement un enchantement.

 

Pour éviter une longue route jusqu’à Téhéran, c’est en avion que nous ferons le trajet et là aussi, en deux jours, nous ferons de nombreuses visites mais nous imprègnerons surtout de cette vie grouillante de 14 millions d’habitants. Ville sans charme architectural, Téhéran n’en est pas moins de par son environnement un lieu magnifique, entouré de sommets dont le fameux Damavand et ses 5671 mètres.

Douze jours de voyage dans un pays de 1 648 195 km2, trois fois la France, c’est peu mais il nous laissera un excellent souvenir et une envie certaine de revenir pour découvrir d’autres lieux, skier dans le massif de L’Albroz par exemple et connaitre davantage encore ce peuple magnifique

Mots Clés