> Accueil

* IRAN - Neiges Persannes

éloignés des quelques « spots » de ski de randonnée. Les Iraniens nous dévisagent avec curiosité, nos vêtements colorés contrastent avec les tenues et longs voiles noirs des femmes. Certains nous adressent un petit signe de bienvenue, d’autres nous abordent pour tenter d’engager la conversation…heureux de croiser enfin des étrangers dans leur pays. En Iran, la population est très jeune, très éduquée aussi. Les jeunes souffrent de l’isolement de leur pays sur la scène internationale. Partout en Iran, durant notre séjour, nous ressentirons cette frustration et vivrons la gentillesse des Iraniens.
En Iran aussi les changements climatiques se font sentir et l’hiver 2017, sur les Zagros, est peu enneigé. Sur la chaîne principale, nous gravirons le Barfkermou à 4150 m au terme d’une longue journée de ski. De Sisakht, nous remontons la route enneigée qui mène au col de Bijan à 3200 m. L’été, ce col routier permet de traverser la chaîne. De larges vallons nous emmènent ensuite vers 3900 m jusqu’à un large plateau. Il ne nous restera qu’à rejoindre les rochers sous le sommet puis la cime en crampons.
De là, nous découvrons la totalité du massif de Dena, vaste et sauvage…et au-delà de nombreuses chaînes et montagnes.

 


Les jours qui suivent, nous porterons nos spatules sur le massif du Ghalam, bien enneigé et qui offre de magnifiques pentes et couloirs, idéaux pour le ski.
Il sera temps ensuite de remonter vers le nord des Zagros, à Chelgerd, LE spot actuel du ski de randonnée en Iran. Mais on est vite rassuré sur la surpopulation de skieurs…en ce moment nous sommes les seuls !
Les paysages sont ici très différents, plus ouverts. De hauts plateaux ponctués de villages et un peu partout des sommets. Comme souvent à l’étranger, en hiver, le plus compliqué est de trouver les accès routiers pour s’approcher au plus près des sommets. En février, cela nous rendra impossible – car bien top long – l’accès aux 4000 m de la région !
Niakam 3170 m / Mamad Abad 3610 m / Shah Mansori 3680 m / Gilass 3300 m / Samsomi 3700 m…des montagnes taillées pour le ski, des descentes de toute beauté, en poudreuse chaque jour.
Bref, du grand et beau ski…un dépaysement total.
 


Nous finirons ce séjour par une parenthèse touristique et magique. En effet, il était totalement impensable de ne pas s’arrêter à Ispahan, la perle persane et ses mosaïques bleues, magnifique !
 


Au-delà des clichés et idées reçues sur ce pays qui s’ouvre à peine, ce voyage en Iran fut un plaisir constant et permanent. Les montagnes, immenses et sauvages bien sûr, mais aussi et surtout la population, souriante, accueillante et avide de s’ouvrir sur le monde.
Que de souvenirs, que d’images…
Comme ces jeunes filles voilées, joyeuses et espiègles qui, dans les rues d’Ispahan, nous sollicitaient pour faire des selfies à leurs côtés. Cette femme anonyme croisée dans le bazar de Téhéran et qui envoie un baiser du bout des doigts, baiser que je découvrirai au retour sur une photo…
 


Et puis, Sam, skieur et professeur de musique qui chantait à tue-tête au sommet et Beki, rescapé de la guerre Iran-Irak qui aujourd’hui passe son temps en montagne et sur les skis et  Mina, le voile négligemment posé en arrière de la tête, les ongles vernis d’un rouge vif à paillettes …et tous ces Iraniens que nous avons rencontrés !
Une chose est certaine…nous reviendrons !

Jean François Grandidier
Novembre 2017