> Accueil

MALI - Un enfant dans la poussière

Partie en compagnie de mon compagnon Toni, nous avions comme objectif l’ouverture d’une voie d’escalade sur un beau piton rocheux au dessus du village Malien Bota.

Bota est situé à proximité de la piste qui relie Douentza à Tombouctou.

En traversant le village, au fond d’une ruelle poussiéreuse, on aperçoit furtivement un enfant à 4 pattes.
Intrigués par la taille de l’enfant qui était a priori en âge de marcher debout, on demande à notre guide local si on peut pénétrer dans cette ruelle sans être irrespectueux (certaines rues de village ne doivent pas être traversées à certaines périodes).
C’est une mauvaise plaie à la cheville qui l’handicape et le fait terriblement souffrir.
Que peut-on faire pour lui ?
 
 
Notre pharmacie ne contient que quelques pansements et un antidouleur inadapté à la gravité de sa blessure.
Un sentiment d’impuissance nous envahit. C’est avec culpabilité qu’on le laisse dans  sa souffrance.
On connaît la sanction : si l’enfant n’a pas de soins rapidement, d’ici quelques jours c’est la gangrène et sa suite fatale.
Cette situation nous est insupportable.
 
On doit retraverser  ce village pour finir notre voie d’escalade.
Comment pourrait-on revenir pour notre seul plaisir sachant l’état de cet enfant ?
On sait que son pied peut encore être sauvé.
Il faut trouver de l’aide ...
 
 
Arrivés à notre campement, on a la solution.
Il nous reste quelques jours sur place. On embauche un infirmier pour quelques euros.
Il fait route avec nous le lendemain et dispense ses premiers soins pendant que l’on fini notre voie d’escalade dont le nom était tout trouvé :  "un enfant dans la poussière".