> Accueil

MAROC - Terre généreuse !

L'épopée africaine de Virgile Charlot : épisode 4

Premiers tours de roues sur le continent africain.

Le Maroc est une terre généreuse. Par tous, j’entends dire que personne n’y trépasse de faim. Plaines, montagnes, terres fertiles, océan, soleil. La liste pourrait s’allonger sans fin et ce pays surprend le voyageur à vélo que je suis.
Contrairement à mes idées premières, le littoral n’est pas plat. Et loin de l’être. Entre Asilah et Larache se dressent d’imposants reliefs verdoyants d’une beauté à couper le souffle, même en plein effort… A perte de vue, le massif se déroule majestueusement, coiffés de prairies et de chênes liège.  
 

undefined undefined


Le Maroc est aussi une terre de limon, de poussière et surtout de sable. Les vents tourbillonnants transportent chaque année des montagnes de sable en des lieux incongrus, d’un côté à l’autre du pays parfois. Simplement d’une dune à l’autre bien souvent. On en retrouve sur les trottoirs des centres villes, sur les bords des chaussées, dans les jardins. Certaines régions font d’ailleurs l’objet d’un plan de désensablement.  Et la proximité du Sahara, plus grande étendue désertique au monde, n’y est pas étrangère. Il arrive que les routes disparaissent d’un seul coup, coupées, inondées d’un sable si fin qu’il est impossible de passer à vélo. Pas d’issue, il faut pousser. Et sous le soleil chaud du début du printemps, ce genre d’exercice est déjà très éprouvant physiquement.

undefined undefined


Les villes marocaines sont généralement composées de quartiers récents et d’anciens quartiers appelés «médinas », prisés des badauds et des touristes qui se massent dans les souks. Epices, fruits secs, légumes, coupeurs de cuir, ferrailleurs, vendeurs de camelote... les souks débordent de commerçants inépuisables à louer les qualités de leurs produits. La nuit, et alors que les ruelles restent bondées, les souks se métamorphosent en corridors de lumière d’où s’échappent des odeurs de poisson et de viande grillé.

undefined undefined


Les médinas sont entourées de murs de fortification qui permettaient de contrôler les entrées et sorties pour l’impôt et d’empêcher les intrusions hostiles dans le corps de la ville. On situe immédiatement la médina à la seule vue de ses remparts, qui aujourd’hui, sont de magnifiques chapelets offrant  une bonne distinction entre le moderne et l’ancien.

undefined undefined

 

Mots Clés