> Accueil

MONGOLIE - Un pays contrasté

La Mongolie est une terre des grands espaces… vaste, terriblement magnifique. Les conditions de vie sont très dures, il y fait très froid toute l’année (- 6°C en moyenne à Oulan-Bator la capitale). L’eau est très rare, spécialement bien sûr, dans le désert de Gobi. La Mongolie compte 3 millions d’habitants dont la moitié vit à Oulan Bator. C’est donc le pays le moins dense au monde. Les mongols ont conservé un style de vie nomade même si maintenant les yourtes sont équipées de panneaux solaires, de TV et qu’ils ont tous un portable. Ce sont des éleveurs de yaks, vaches, chèvres, moutons et chevaux. Le nombre de chevaux que possède la famille représente leur niveau social. Les Mongols ont une histoire et une culture très riche (ils respectent de nombreux rituels et coutumes qui rythment leur vie).
 
Nous avons adoré notre voyage en Mongolie. Nous y sommes restés un mois. Nous avons d’abord essayé le « horse riding ». C’est une sacré expérience de galoper dans des plaines infinies sur un cheval à moitié sauvage (et avec une selle en bois bien entendu) ! Puis nous avons randonné dans les montagnes de l’Ouest (sans trop monter en altitude pour éviter la neige) et enfin nous avons fait un tour en van dans le désert de Gobi.
 

 
Nous étions accueillis dans les yourtes par des familles très généreuses ou bien, nous utilisions notre tente. Le camping est très facile en Mongolie. Le plus dur est de trouver un point d’eau. Concernant l’habillement, il faut venir bien équipé car il fait chaud le jour (sauf lorsque le vent se lève) mais les nuits sont glaciales. Nous étions très heureux d’avoir une Soft Shell Schöffel dans notre équipement. Nous portions nos vestes constamment. C’est un vêtement idéal pour le trekking, il est à la fois respirant et « coupe » parfaitement le vent. Le soir, nous ajoutions des couches de polaire sous nos vestes Soft Shell pour renforcer la protection thermique… Nous n’avons même pas attrapé un rhume ! Le Soft Shell se lave aussi très facilement (heureusement vu la poussière dont nous étions recouverts) et sèche très rapidement. Toutes les poches sont refermées par des fermetures éclairs, ce qui permet d’éviter la perte des petits objets (même en plein galop !). Les quelques améliorations qui pourraient être apportées concernent la fermeture principale qui se coinçait de temps en temps et le système de serrage de la capuche (en cas de très forte bourrasque difficile à serrer suffisamment).
 
 
Cependant, le grand avantage des Soft Shell est de pouvoir s’ouvrir sous les bras dès qu’il fait chaud. Cette ouverture était vraiment très pratique sur le cheval où il était impossible de lâcher les rênes longtemps pour enlever un vêtement (d’autant que ce genre de mouvement peut faire peur au cheval et provoquer une chute). Un autre point fort de la veste est son très faible poids (en comparaison des lourds manteaux Mongols !).
 
En résumé un vêtement essentiel pour voyager au grand air.
 
 
Audrey portait la veste ELECTRA, Pascal la veste SALTORO.