> Accueil

PEROU, nos derniers pas de côté…

Dernière ligne droite, dernier pays, derniers pas, près des hauts sommets des Andes, nous terminons notre voyage dans la Cordillère blanche au Pérou. Nous mettons une dernière fois les chaussures de randonnée, préparons la tente et l’itinéraire.

Les premiers jours nous offrent une météo clémente, de quoi admirer les sommets qui se dessinent. On aperçoit également les dégâts causés par l’effondrement d’une moraine retenant une lagune, qui a littéralement déversé des tonnes de sable et de cailloux dans la vallée.

Afin de voir de plus près le fameux « Alpamayo » (5947m), on s’apprête à bivouaquer au camp de base.

Là, on se souvient surtout de la nuit étoilée à -5°C et le gel au petit matin qui recouvre la tente.  Malheureusement, la pluie ne nous lâche pas pour les 3 derniers jours du trek. Les Gore Tex ont bien passé l’épreuve.

Ces 5 jours nous ont permis une nouvelle fois de prendre conscience du confort procuré par notre équipement Schöffel. L’altitude de la Cordillère engendre des amplitudes de températures énormes, nous obligeant à porter short, Tee-shirt respirant et chapeaux la journée, et à enfiler micro-dynamic, primaloft et bonnets le soir venu ; sans oublier la Gore Tex et les pantalons techniques pour braver la pluie et la neige. Aucun vêtement n’a échappé à la Cordillère blanche.

Ces quelques jours de marche ont été propices aux dernières pensées qui accompagnent la fin du voyage. La fatigue morale et physique est bien présente après ces 12 mois, mais ce qui domine, c’est un sentiment d’accomplissement, de sérénité ; la sensation d’être allé au bout d’un rêve.  Aujourd’hui l’excitation de retrouver son chez soi, ses amis et ses proches est aussi forte que celle que nous avions avant de partir. Il y a un an nous remplissions les sacs, la tête avide de découvertes. Aujourd’hui, la tête est pleine de souvenirs, de rencontres, de coups de cœurs mais aussi de petites galères. Le sac lui est toujours aussi plein, il déborde presque. Aux vêtements Schöffel sont venus s’ajouter les souvenirs ramenés du périple.