> Accueil

Que sont-ils devenus ? Laure et Olivier

Episode 3 - Des nouvelles de nos ex globe-Schöffel depuis leur retour.
Pour certains, la fin du voyage n'est pas si lointaine. Pour d'autres, la page "Tour du Monde" est bien tournée. Mais, nos ex-voyageurs ont sympathiquement répondu présents et se sont prêtés au jeu de la mini-interview que nous leur avions proposée. Vous retrouverez donc, dans les semaines à venir, plusieurs articles et pourrez avoir des nouvelles de chacun d'eux... En continuant par :

 

 

1.  Alors, depuis Juillet 2012 et votre tour du monde "Un pas de côté sur le monde", que devenez-vous ?
 

Nous avons retrouvé du travail après environ 6 mois de recherche. Aujourd’hui, Olivier est chargé de la communication pour le comité d’Organisation des Championnats du monde d’aviron à Chambéry. Laure est responsable du pôle information et communication pour Diapason – EPCC 73 à Chambéry. Nous vivons à Chambéry et avons toujours notre maison perchée en Lauzière.

2.  Comment s’est passé votre retour ? Avez-vous eu des difficultés particulières pour reprendre un rythme de vie moins nomade ?
 

Le retour fut, comme pour bon nombre d’entre nous, à la fois agréable et difficile. Les bons côtés du retour : la joie de retrouver notre maison, nos proches, nos petites habitudes, retrouver la neige, le ski, la nourriture française, rencontrer de nouvelles personnes, s’investir dans de nouvelles activités…. Le paradoxe de retrouver notre quotidien avec un regard neuf en même temps empreint de « vieilles habitudes ».

Et puis, le retour a eu ses aspects difficiles : se retrouver tous les deux au chômage, seuls dans notre maison un peu isolés, l’incertitude de savoir si l’on va retrouver du travail pas trop loin et qui nous correspond, la préparation d’un concours pour se donner plus de chance, la nostalgie parfois de ne « plus » être loin de tout cela, de ne plus pouvoir s’échapper du quotidien.

Curieusement, l’un et l’autre n’avons pas eu notre « phase difficile » au même moment. Pour Laure, ce fut plutôt assez rapidement après le retour. Et c’était sans doute lié à l’incertitude de nos situations professionnelles et au fait de se retrouver dans la même proximité que pendant le voyage…mais sans le voyage, sans le « nomadisme ». Pour Olivier, la phase difficile est arrivée après environ 3 mois de retour au travail : faire face au stress, à un rythme difficile, avoir la sensation de perdre sa liberté…etc.

Mais aujourd’hui, tout va bien. On a trouvé notre rythme et REconstruit un quotidien qui nous correspond et qu’on bouscule régulièrement pour ne pas perdre la main !

3.  C’est une citation bien connue de tous les voyageurs : « On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt, c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait», Nicolas Bouvier. En quoi votre voyage vous a-t-il changé ?
 
Le voyage nous a changé, mais au fond nous restons les mêmes. Je pense que le voyage nous change sur notre façon d’appréhender le quotidien, notre relation aux autres, au travail, au risque, à l’argent, mais c’est assez « induit », voire « naturel ». Nous prenons plus le temps de faire les choses et en même temps nous faisons beaucoup plus de choses qu’avant le voyage. En fait cela nous rend plus mûrs et plus ouverts aux autres.
 
Ce voyage nous a tout simplement appris à voyager. Il nous a forgé et nous a appris comment se débrouiller sans parler la langue d’un pays, comment obtenir un service ou un renseignement avec un sourire, une feuille de papier et un stylo ou avec un jeu de dés, comment gérer certaines situations délicates…etc. Nous envisageons beaucoup plus de choses possibles aujourd’hui, et sommes plus téméraires sans doute. Même si, il faut bien l’avouer, la perspective de deux mois de tente sous la pluie et le vent comme nous l’avions fait en Patagonie nous séduit beaucoup moins aujourd’hui ! On se fait vieux, ou bien, on devient plus exigeants ?!
 
4.  L’envie de bouger vous tenaille-t-elle toujours ? Avez-vous de nouveaux projets de voyage ?
 
Une chose est sûre : on a contracté le virus ! Le plus dur aujourd’hui est de composer entre notre travail et les jours de congés pour se ménager des petits voyages sympas. Nous n’avons pas cessé d’avoir envie de bouger, de découvrir le monde…mais tout en ayant une vision plus modeste et en acceptant le voyage « normal », « court », « un peu moins loin ».
Nous sommes partis 1 mois au Kirghizistan l’été 2013, puis  nous avons traversé l’Autriche, Hongrie et l’Italie à vélo en 3 semaines l’été dernier… et ce ne sont pas les idées qui manquent !
 
On apprécie aujourd’hui de construire des escapades plus courtes, notamment entre amis : le Lubéron ou la Bourgogne à vélo cette année, et un raid à ski à la frontière italienne en 2015. On invente aussi des « micro-voyages » pas très loin de la maison mais tout aussi dépaysants !
 
5.  De quoi sera fait 2015 pour vous ?
 
2015 est une année qui s’annonce plutôt belle avec comme grand projet notre mariage en juin. Une autre forme de voyage et d’organisation.
 
On espère que 2015 sera aussi ponctuée d’un autre voyage….
Quelques idées en vrac pour nos prochaines destinations : le Népal, la Birmanie, un raid à ski en Norvège, la Colombie ?