> Accueil

Test Chemises FATHI UV et AMALI UV

circulons en scooters, et que nous avons découvert les sous-bois ombragés, ces chemises souvent délaissées en période de grosse chaleur humide (35° et 100% d’humidité en moyenne) ont prouvé leur utilité. Encore plus en ce début de saison des pluies, ou l’air se rafraîchit un peu.

D’abord parce que ce sont des chemises à manche longues, protégeant bien, grâce à leur action « anti-UV », nos bras musclés des brûlures du soleil pendant nos trajets (de 3 à… 8 heures dans le cas de chemin de terre bien défoncé).

Ensuite, combinées à la vitesse sur la route et dans les sous-bois bucolique de la jungle préservée du Cambodge, elles nous évitaient également les sauvages attaques de moustiques boulimiques.

Ces chemises nous ont enfin protégés des nuages de poussière rouge et des nombreux insectes ayant décidé de terminer leur vie en beauté sur des habits de qualité allemande.

Car oui, la qualité est au rendez-vous. Ces chemises ont été malmenées, ont supporté sans broncher les rayons de phoebus (contrairement aux T-Shirts qui ont perdu leur éclat et leurs couleurs vives), avalé des kilos de poussières de piste, et affronté sans rechigner les assauts d’insectes kamikazes. Autant dire qu’à la fin de ces journées de routes, avec leur teinte ivoirine se mêlant de rouge brique, elles faisaient pâle figure.

Mais un coup à la laundry et nous retrouvions deux chemises pimpantes et opérationnelles pour de nouvelles aventures.

Au niveau pratique :

-        la Fathi UV est munie de poches poitrines, bien pratiques pour ranger le nécessaire de voyage (Riels, cigarettes, ticket de parking, couteau suisse) mais transforme du coup l’homme du couple en porteur, car pour des raisons évidentes, l’Amali UV de Claire en est dépourvue.
Mais comble du raffinement, une poche-aération (sur le coeur pour la Fathi, sur le flanc pour l’Amali, permet de ranger un passeport par exemple, ou tout simplement de s’aérer si besoin.

-        Elles possèdent toute deux, et sur chaque bras, un bouton permettant de tenir les manches relevées. Ça sert pour faire la vaisselle, mais également pour tout un tas de choses (lutter contre la chaleur, montrer ou peaufiner son bronzage…)

-        Parlant boutons, un avantage majeur de l’Amali UV de Claire : les boutons pression. D’abord parce qu’à la fin de la journée Claire gagne toujours la course à la douche, et ensuite parce que les boutons traditionnels de la Fathi UV d’Aurel ont une tendance mystérieuse à disparaître.

-        Leur aspect est simple d’esthétique agréable et font un peu chemises d’explorateurs du début de 20ème siècle, en plus agréable à porter, car plus légères et plus respirantes.

-        Elles sont, hélas très salissantes du fait de leur couleur claire (beige et écru) et manquent à notre goût un peu d’aérations, car en plein soleil et à l’arrêt, elles sont un peu étouffantes. 

Des chemises pour pays chaud, mais plutôt à utiliser en saison fraîche, ou le soir, ou bien sûr : à moto !

Nos vêtements testés :

Femme : AMALI UV
Homme : FATHI UV
 

 

Mots Clés