> Accueil

Travel Soft testée par Romain

Un de mes amis a un jour un éclat de génie, il a inventé une locution qui me définissait parfaitement : handicapé de la régulation thermique.

Alors que la plupart des gens commencent à peine à ressentir la fraîcheur du soir, je suis déjà enroulé dans une couverture. Lorsqu'ils se disent que le soleil commence à chauffer et qu'ils devraient enlever leur pull, je sue déjà à grosses gouttes, torse nu.

Au moindre changement de température, mon corps réagit. Si je ne me couvre pas à la première sensation de froid, rhume garanti. Les médecins n'ont rien pu faire. Seule solution : me couvrir et me dévêtir... J'ai essayé de m'exiler dans un pays chaud et ça a marché. Ici, même quand il fait froid (à mon échelle "handicapé de la régulation thermique"), il fait chaud. Je régule mieux du chaud au très chaud.

Bref, étant maintenant habitué à la chaleur constante, je redoute au plus haut point toute baisse du thermomètre. Lorsque je dois préparer un voyage, après avoir écarté d'entrée les régions extrêmes (genre moins de 10°C), je réfléchis à mon équipement. Je n'aime bien partir qu'avec un sac à dos... éviter d'attendre les bagages dans les aéroports... je dois donc réduire au maximum. J'ai trouvé la solution : je pars avec ma Travel Soft.

Départ de Djibouti 30°C, arrivée à Dubaï 30°C, dans l'aéroport de Dubaï 25°C (glagla), aéroport de Delhi 11°C (DANGER, DANGER ! ), Varanasi 20°C... et bien je n'ai même pas eu froid.
Un des plus beaux moments de la journée à Varanasi est le lever du soleil... donc tous les jours, décollage à 5h30, température inférieure à 10°C. Autant dire que mes vêtements sont juste à côté du lits et que je bats des records de vitesse pour les enfiler. Ma Travel Soft sur le dos, je peux partir. J'utilise les serrages aux poignets et au cou pour ne pas laisser pénétrer ce maudit vent glacial. Assis sur ma barque au milieu du Gange, je profite du spectacle quotidien offert par ce lieu mystique, les mains dans les poches, au chaud. De temps à autres, la folie me prend et je sors les mains des poches pour faire quelques photos... mais vite elles retournent au chaud.

Quelques heures plus tard, le soleil commence à chauffer mais pas suffisamment pour que je retire mon vêtement. Je desserre cou et poignets, j'ouvre les aérations sous les aisselles, je sors les mains de mes poches , et je me sens bien. Encore plus tard, le soleil chauffe de plus en plus, j'ouvre ma Travel Soft et je me sens bien. Toujours plus, le soleil baisse dans le ciel... je referme, je resserre...etc. Je finis par l'enlever au moment de me glisser sous les couvertures.

N'allez pas croire que je manque aux règles élémentaires d'hygiène. J'ai du, chaque jour, pour me laver, renoncer au confort de ma Travel Soft, car celle-ci était hydrophobe.

Enfin bref, la Travel Soft est une veste faite pour le voyageur, légère, confortable et surtout s'adaptant aux variations thermiques. Elle est déperlante, respirante et ne laisse pas pénétrer le vent. Ses multiples accessoires se révèlent fort utiles (aérations sous les aisselles, poches, serrages). On peut la mettre en boule dans un sac, elle ne se froisse pas. Ses poches à mains, immenses, permettent de tenir au chaud lesdites mains mais aussi, vu leur taille, de mettre de grandes feuilles ou d'autres objets assez encombrants. La poche sur l'épaule gauche est également très pratique. L'ensemble bénéficie d'une finition irréprochable. C'est bien simple, je ne l'ai (presque) pas quittée du voyage.

 

Mots Clés