> Accueil

* TURQUIE - Neiges et Loukoums

HAUTE ROUTE DE L’ALADAGLAR


Quelle drôle d’idée, du ski alpinisme en Turquie, puisque c’est de la Turquie que nous parlons !
On connait plus cette destination pour ses plages et ses villages de vacances de la région d’Antalya sur les bords de la mer…mais l’on oublie aussi et surtout que la Turquie est un pays de montagne et d’altitude !
L’altitude moyenne du pays est de 1100m. et le vaste plateau anatolien est enserré dans un immense écrin de montagnes.
Cela fait de nombreuses années que je parcours ce pays, été comme hiver, et j’ai depuis longtemps appris à l’aimer au fil de mes séjours.
Au centre du pays, les montagnes du Taurus et plus particulièrement le massif de l’Aladaglar offre un terrain de jeu idéal pour le ski de randonnée avec des sommets entre 3200 et 3600m.
Après plusieurs séjours à skis dans ce massif, l’idée me trottait dans la tête.
Relier par un itinéraire esthétique, les vallons-sommets-arêtes…le tout en restant au plus près de la crête centrale, de ce massif central du Taurus et ainsi créer une haute-route.

Skier en Turquie reste une expérience unique et intense. Des paysages à couper le souffle, des pentes immenses, vierges de toutes traces, des couloirs et arêtes.... Mais la Turquie c’est aussi le réveil avec le chant du muezzin, l'hébergement chez l'habitant, les repas concoctés par la famille au grand complet qui vous accueille.
C’est aussi l'expérience d'une montagne à explorer sans cartes, sans guides juste en suivant son instinct, quelques indications de bergers et l'envie de découvertes.
A consommer sans modération !
Toutes ces idées se bousculaient dans ma tête, ce jour là au sommet du mont Emler. Une idée un peu folle mais qui tout doucement s’imposait à moi…et puis, il ne me manque que quelques passages à trouver !

L’Aladaglar représente la partie centrale de la vaste chaîne du Taurus. D’une superficie assez modeste, il surgit du plateau anatolien dans un triangle compris entre les villes de Kayseri – Antalya et Nigde - et dresse vers les cieux des parois de calcaire, des aiguilles et sommets de toute beauté…

La traversée de l’Aladaglar représentait tout à fait naturellement le pari à relever, un certain aboutissement ou  tout du moins une logique à mes nombreux séjours dans ce massif.
Cette fois encore, Yusuf est là pour m’accueillir et va partager nos aventures…une fois de plus, il doit se demander ce qui nous pousse à parcourir ses montagnes, enneigées qui plus est.

Combien de fois nous a-t’il cru perdu ou emporté par les avalanches…et là-haut sur les pentes de l’Ararat balayées par la tempête, il lui a fallu résister au froid, à la peur des avalanches…et des kurdes !
L’idée est donc de partir du sud du massif pour remonter vers le nord en restant au

Mots Clés