> Accueil

** TURQUIE - Neiges et Loukoums

plus près de la ligne de crêtes centrales et en enchainant le plus de sommets possibles…Il nous fallait également et surtout « trouver » les passages permettant de relier les vallées et sommets.
La difficulté de cette « haute route » réside dans l’absence totale d’hébergement dans le massif, en altitude. Il faudra donc soit progresser en autonomie totale, ce qui imposera des gros sacs…soit redescendre dans la vallée chaque jour en prenant les services d’une agence, ce qui imposera dans ce cas des dénivelés plus importants !
Cette 2ème solution est à mon avis la plus simple et permet en outre de vivre chez l’habitant dans une famille turque.
Le massif, par la beauté de ses paysages et la grandeur de ses itinéraires, justifie largement le voyage.
Je vous propose, chaque jour, un itinéraire « à minima » avec des options et variantes pour allonger les étapes et découvrir les vallons perdus et ignorés…un raid à la carte donc qui pourra convenir à chacun !
Cette haute Route vous conduira des belles pentes enneigées de l’Alaca, tout au sud du massif jusqu’aux profondes gorges du Demirkazik, voir aux mines de Pinarbasi  au nord.

Dans la nuit épaisse du village de Cukurbag, ce premier jour, la voix du muezzin résonne dans les ruelles et roule dans les montagnes. 5h. du matin, Yilmaz et Yusuf s’affairent pour nous conduire avec les Ladas, vétustes, jusqu’à la large vallée d’Emli. C’est là que nous allons démarrer, à l’extrême sud du massif. L’aventure est lancée et skis sur le sac, nous traversons la belle forêt de pins qui nous permettra d’atteindre la neige puis notre premier sommet majeur de cette traversée, l’Alaca à presque 3600m. Au passage, nous gravirons le Kortekli.
Nous basculons dans la large et belle face sud-est de l’Alaca – 500 mètres de pentes soutenues en neige transformées – pour rejoindre en traversée le col Avcibeli.
Nous découvrons ensuite une longue crête, parsemée de sommets, qui nous mènera loin à l’est au fin fond du massif. C’est peut être là que réside la clé de notre traversée, mais nous ne le savons pas encore !
Un rappel d’une vingtaine de mètres sur l’arête sud du Kaldi puis une descente raide et aléatoire entre les falaises va nous permettre de rejoindre un vallon suspendu puis moyennant une remontée pour franchir une arête, le fond de la vallée d’Emli.
Après avoir laissé nos skis derrière de gros blocs, nous pouvons rejoindre nos amis turcs et regagner le village. Fin de la première….longue journée de ski. Le soir, assis sur les tapis, les commentaires vont bon train autour d’un verre de raki !
Et demain ?
La voix du muezzin va bercer nos rêves et dissiper nos inquiétudes.
Avant de quitter Emli, nous parcourrons la vaste crête et les sommets qui ferment la vallée, Karagol, Güzeller avec son superbe couloir ouest à remonter crampons aux pieds…
Demain nous quitterons la vallée d’Emli pour tenter de trouver un passage permettant de rejoindre la vallée des

Mots Clés