> Accueil

Veste Ruby - l'alliée pour les Amériques

Test vêtement effectué par Marion Martineau au cours de son voyage à vélo avec Virgile Charlot : Pignons voyageurs aux Amériques.

La panoplie du voyageur au long-cours se définit par l’essentiel.

Pour le cycliste, un vélo solide, quelques bons outils, des pièces de rechange, des sacoches robustes, une tente à toute épreuve, neige et vent inclus, et surtout, des vêtements sur lesquels compter chaque jour, dans des climats très changeants : chaud, humide, froid ou encore venteux. Une veste bien adaptée est donc nécessaire. Celle-ci doit-être impermébable, respirante - à défaut, à vélo : cascade sous les bras garantie au moindre dénivelé - légère, et surtout, confortable (ne doit pas entraver les mouvements), et si possible esthétique puisqu’elle sera votre unique veste pendant des mois, peut-être des années...

 
 

Depuis notre départ d’Alaska, fin juin, nous avons du affronter des pluies fines et persistantes sur la Top of the Word Highway, des averses dignes des moussons tropicales sur l’Alasakan Highway, du vent fort dans les plaines du Wyoming, de la neige dans les Rocheuses et même de la grêle lors d’impétueux orages. Dans ces conditions diverses et exigeantes, la veste Ruby s’est toujours montrée à la hauteur des défis que le ciel lui lancait, une alliée indéfectible pour continuer la route au sec en toute circonstance.

 
Je la garde toujours à portée de main, dans ma sacoche de devant ou fixée sous un tendeur sur mon gros sac arrière. Par temps pluvieux, sa membrare Gore Tex fait des merveilles, et lorsque qu’une côte approche, pour ventiler mon corps dans l’effort sans l’exposer aux intempéries, j’ouvre les zips sous les bras, parfaitement accessibles sans avoir à m’arrêtrer. Je ferme les velcros au niveau des bras si le vent est froid ou fort, les ouvrent pour laisser passer l’air si la pluie est fine afin d’optimiser la respiration. La capuche de cette veste est efficace et protège bien du vent et de la pluie, dans la durée, avec un confort exemplaire. S’il fait froid, je glisse mon menton dans le col douillet de la veste et plus rien ne m’arrête... Je l’ai adoptée !
 
 
 
Bonus pour le voyageur à vélo : sur les routes chargées, la couleur vive de ma veste Ruby, rouge, en fait aussi un bon équipement de sécurité, au moins à la hauteur des chasubles fluorescents. 
 
 
 

Nos vêtements testés :

Femme : Veste RUBY - Soft Shell WINDCHILL HOODY L II
 

Mots Clés