> Accueil

Voyage émotion en Antartique

Antarctique magique, mythique, fantastique, féerique... Non, tous ces superlatifs ne sont pas exagérés.

On dit souvent pour parler de ces terres : « La fin du monde », « le bout du bout du monde ». Je préfère parler plutôt d’une terre à part. Une terre où la lumière jaillit de ses entrailles, nous irradie, nous pénètre, nous envahit. Royaume des baleines, Côte d’Azur des phoques et léopards, Palais des damiers du Cap, El Dorado des pétrels, Paradis des manchots papou.

Antarctique : nous te voulions mais c’est toi qui a nous a eu.

Nous sommes revenu indemnes de corps de ce voyage à la Jules Verne mais notre cœur bat toujours là-bas, notre âme virevolte encore sur les glaces, nos yeux restent  figés sur la beauté pure, nos oreilles perçoivent toujours le silence bruyant des glaciers en perpétuel mouvement, notre cœur s’emballe interminablement à la seule évocation de ton nom.

Nous avons perdu les contours d’un monde fini, oublié le temps que nous voulons tous retenir. Notre esprit, absorbé comme des notes de musique parfaite, s’est évadé sans nous donner de repères. L’immensité pure et parfaite nous a bercés dans une douceur imperceptible.

Nous avons subi le Cap Horn et le Drake, remparts contre les envahisseurs, sans plaisir mais sans gémir. Nous avons souffert du froid, de la neige, de l’humidité, des déferlantes durant les quarts mais quelques amours nommés Damier du Cap venaient nous réconforter,  nous rassurer. On vous aime, oiseaux venus de nulle part au milieu de l’océan. Vous avez été mon alcyon. Et vous, chères baleines à bosses, comment ne pas jouir de votre présence quand vous daignez  venir caresser notre fragile embarcation ?  Vous êtes majestueuses, pleines de grâce et de félinité. Quand à toi le grand albatros hurleur,  tu seras toujours le fidèle compagnon des navigateurs déboussolés, là pour nous rappeler que là-bas, un peu plus loin, il y a de la vie. Et vous les ennemis jurés et craints de ceux qui s’aventurent au-delà de leurs sphères, vous les icebergs majestueux, imposants : quel est ce sculpteur génial qui vous a modelés ?

Crevasses et séracs, nos spatules ont déjoué vos pièges. Vous nous avez rappelé l’humilité, qualité que nous avons tendance à oublier trop vite... Et toi, sommet inconnu, comment te remercier des instants de bonheur que tu nous as offerts en te dévoilant quand nous te désirions le plus ? 

Et vous, Caroline, Arlette, Soazig, Jean-Pierre, Pierre, Philippe, toi Olivier le skipper prudent, patient : comment vous remercier de votre indéfectible bonne humeur, de votre volonté face aux éléments parfois capricieux ?

Emotion, oui je crois que l’on peut dire ainsi : ce voyage est Emotion.

Mots Clés