> Accueil

COREE du NORD - 10 choses à savoir avant

 

Voyager en Corée du Nord, c'est possible. C'est même une expérience inoubliable si vous la tentez.

 

On ne va pas s'amuser à juger les raisons, bonnes ou mauvaises, qui poussent des voyageurs à s'aventurer là-bas mais si jamais vous y réfléchissez, voilà dix petites choses à savoir avant d'entrer. Une petite compilation des questions que l'on nous a souvent posées :

 

1) Comment rentrer ?

Quasiment pas de voyage indépendant là-bas. Et, à moins de faire partie d'une délégation diplomatique, il vous faudra passer par une agence spécialisée, la plupart du temps basée en Chine. Elles sont une poignée à être associées à un "compagnon" local, comme la KITC (Korean international travel company), qui chaperonne les agences étrangères. Celles-ci font rentrer des groupes accompagnés : environ 5000 occidentaux par an, dont presque la moitié par une seule et même agence. Le voyage en groupe, au passage, est en fait une excellente solution. Comme il faut, quelques soient les raisons qui vous y poussent, un certain état d'esprit pour vouloir entrer en Corée du Nord, le groupe est composé de personnes intéressantes, et principalement de voyageurs qui ailleurs sont indépendants. Enfin, à l'hôtel, le soir, quand il n'y a rien d'autre à faire, c'est bien d'avoir des compagnons pour prendre du recul et échanger. Ou pour boire une bière coréenne.

 

2) Est-ce cher ?

Oui. Compter au moins 200 euros par jour, sans inclure les billets d'avion de l'Europe vers la Chine. Plus les extras à l'intérieur (pourboires, souvenirs). Plus le visa double-entrée chinois.

 

3) Comment se déplace-t-on en (et vers la) Corée du Nord ?

Pour entrer, on prend l'avion. Un vol avec Air Koryo entre Pékin et Pyongyang, ça fait toujours une bonne histoire à raconter (une heure de film et musique de propagande pour mettre dans l'ambiance, alors même que les passagers sont plutôt tendus…). Pour l'anecdote, nous avons pris un Tupolev russe qui semblait en bon état. Rien d'anormal à signaler de ce côté-là.  A l'intérieur du pays, le bus chinois - tout ce qu'il y a de plus classique - est de rigueur. Sachez aussi qu'il est possible, parfois, de quitter le pays en train. Nous l'avons fait. Là-encore, c'était un train chinois du même genre que ceux que l'on voit sur les grandes lignes en Chine, en Russie ou en Mongolie (wagon verts, compartiments à quatre ou six couchettes, etc).

 

4) Que visite-t-on au juste ?

Des monuments, principalement. Des musées. Des tours, des palais. C'est souvent intéressant, parfois pas du tout. Le mausolée où reposent les deux Kim - épicentre de la propagande - est une visite particulièrement impressionnante. La visite du métro de Pyongyang et de la grande librairie, s'ils sont à votre programme, sont deux lieux où l'on aperçoit des moments de vie authentiques.